Commentaires sur la réunion de conseil du 20 mars 2014

Peut-être un peu longs mais ça méritait bien ça!

Etaient présents à cette réunion, dans le public, M. Vincent Néolier, Président de l'association "Sauvegarde du cadre de vie à Villeneuve", M. Stéphane Grosset, trésorier et M. Christophe Salat, secrétaire.

 

L'ordre du jour de cette réunion était le débat sur le PADD. 

 

Je ne m'étendrai pas sur l'autre point ajouté en dernière minute par Mme le Maire, vous en serez informés par le compte rendu qui sera "peut être" affiché en mairie prochainement.

 

Débat sur le PADD:

 

Mme le Maire expose le compte rendu de la dernière réunion de la commission PLU du 13 février 2014 dont l'objet était une "mise au point suite au débat sur le PADD" du 9 décembre 2013.

 

1) Impossibilité de retenir en zone urbanisable les parcelles situées à l'est de Villeneuve, entre la rue du Puits et la rue Traversière) comme l'avaient souhaité les membres du conseil, au motif que cette partie du village est délimitée à l'intérieur de la Z.N.I.E.F.F.

 

2) Impossibilité de mettre en zone d'équipement le terrain communal de la Pointe pour la construction éventuelle d'une maison pour personne âgées car l'implantation d'un tel projet, sans assistance médicale sur place, ne pourra se faire dans une zone destinée à accueillir des constructions et installations de services collectifs ou d'intérêt public.

 

3) Suppression de la zone économique prévue pour l'extention d'entreprise de M. Andrieux pour être remplacée par une zone agricole telle que sur le schèma présenté en réunion publique. Cette ZE aurait été supprimée pour éviter que d'autres entreprises ne viennent s'implanter. 

 

L'ensemble des parcelles de ladite zone appartenant à Andrieux, il serait étonnant que celui-ci cède ses vignes pour que des entreprises, autre que celle appartenant à son frère, s'installent à cet endroit!

 

Mme le maire dit: "on retire cette zone et on n'en parle plus".

 

Elle nous fait part d'un courrier reçu de l'association de Villeneuve, qu'elle nous dit non daté,  mais ne nous en donne pas lecture. 

 

Voici donc ce courrier, dont j'ai obtenu copie, daté du 12 mars 2014:

Lettre Mme Noé 12 mars 2013.pdf
Document Adobe Acrobat 73.1 KB

Mme Noé explique qu'elle s'est rendue dans l'entreprise de P. Andrieux avec les membres de l'association auxquels elle aurait montré le compte-rendu de la commission PLU du 13 février 2014 .

 

Elle dit: "Je pensais que c'était terminé, mais y a eu encore... bon, c'est un peu dommage" 

 

Pour tenter de rassurer les administrés, Mme le maire est allée jusqu'à leur montrer ce document qui est, de par la loi 'confidentiel" et n'aurait donc pas du être rendu public, d'autant qu'il  n'avait même pas encore été adressé aux membres de la commission ni présenté aux membres du conseil municipal pour être débattu". Une erreur de plus Mme le maire...mais que ne ferait elle pas pour défendre l'indéfendable.

 

Elle précise donc que la délibération du 9 décembre 2013 est annulée et qu'il convient de re-débattre sur le PADD, ce dernier pouvant toujours être revu ultérieurement par la nouvelle équipe municipale.

 

Je me permets de lui préciser qu'un paragraphe ne paraît pas clair dans ce compte-rendu:

 

"Il est également décidé de ne pas faire apparaître sur le croquis du PADD l'emplacement pour l'extension de l'entreprise d'embouteillage. En effet, il s'agit d'accompagner cette entreprise dans son dévellopement et non de créer une zone d'activités pour accueillir d'autres entreprises"

 

et qu'on ne peut envisager développer une entreprise qui occupe un bâtiment construit illégalement. 

 

J'insiste sur le fait qu'il y aura pas d'extension de cette entreprise, qu'il y aura des exigences car le bâtiment actuel n'aurait jamais du exister.

 

P. Noé me répond: "ça n'a rien à voir"????...

"C'est toi qui a décidé qu'il est illégal" me répond elle avec assurance. "Tu as envoyé à la Préfecture, aux journalistes,..."

 

Je dis: "Oui parce qu'il y a une malhonneteté évidente puisque vous niez malgrè les preuves; Patrick Lafarge lui même a dit qu'il n'y avait jamais eu de projet Andrieux alors qu'on travaille depuis le 30 septembre 2013 sur ce projet."

 

Réponse de P. Lafarge: "y   a    pas    eu    de    dossier    de    déposé"

 

Je dis (quelque peu énervée): "J'aimerais que les gens ici présents aient l'honneteté de reconnaître qu'on a travaillé sur un vrai "projet". Il y avait un projet, ou il n'y avait pas de projet? 

 

Silence radio et l'assemblée laisse parler la chef.

 

Mme Noé: " il y avait eu une "idée".

 

Je demande alors si la commission et le conseil allaient travailler pendant six mois si demain me prenait " l'idée "de monter un poulailler dans mon jardin?

 

Réponse de Noé: "faudra te dépêcher parce que t'auras pas le droit de le monter".

 

Mais ma chère Pauline, il s'agissait seulement d'une "idée"!!

Alors que je lui fais  remarquer que j'aimerais qu'elle réagisse intélligemment, elle me répond: "t'as la chance d'avoir une tribune pour la dernière fois"

 

On sent bien que je l'énerve!

 

Je demande une fois de plus pourquoi ni elle, ni la famille Andrieux ne veut reconnaître les faits, quel est leur intérêt? Je signale que par leur entêtement, on se demande s'ils cherchent vraiment à ce qu'on fasse démolir ce bâtiment, ce qui n'est pas mon intention première, mais s'il le faut, on le fera.

 

Mme Noé: "Ce n'est pas ce que m'a dit l'association, mais si c'est que l'association est derrière toi, il faut le dire tout de suite"

 

Alors que je lui déclare que je ne connaissais pas les responsables de l'association avant la création de celle-ci, Mme Noé dit qu'elle ne me croit pas. Je demande à ce que les membres de l'associaition  présents puissent témoigner mais je ne suis pas entendue. (ça ne m'étonne pas, j'ai l'habitude!)

 

D. Andrieux: "t'as tendance à oublier certaines choses et à déformer les choses!

 

c'est, comme on dit, la poële qui se fout du chaudron!. Il reconnait toutefois que son neveu est un peu nerveux, c'est le moins qu'on puisse dire...

 

Eric Verger demande alors s'il serait possible que les  gens de Villeneuve s'expriment sur le sujet et Mme Noé accepte les invitant à parler. (on ne peut rien refuser à un fidèle...)

 

M. Sala prend alors la parole et exprime le point de vue de l'association de manière claire et déterminée. Il confirme également mes dires concernant le fait qu'ils ne me connaissaient pas avant la création de l'association et que lui-même n'avait fait ma connaissance que ce soir même. (Mme Noé reste néanmoins très dubitative!). Il précise que c'est grace à mon site internet qu'ils ont appris le projet de construction concerné et s'attarde un peu trop sur ce sujet, ce qui ne plait guère à notre maire qui le stoppe net et s'énerve quelque peu.

 

Mme Noé: "faut pas croire tout ce qui est sur le blog, alors moi je vais faire comme M. Andrieux, je n'y suis jamais allée sur ce blog mais j'ai dans les mains le mail qu'elle a envoyé aux journalistes et le courrier qu'elle a adressé au Préfet. Je vous jure que j'ai fait lire ça, c'est d'ailleurs dans les mains d'un avocat pour l'instant, car la diffamation, c'est quand même grandiose. Mais pendant les quatres ans où il y a eu ce blog je n'y suis jamais allée et je m'en suis beaucoup mieux portée que si j'y étais allée. Les on dit, ça y va, c'est grandiose. On peut pas croire non plus tout ce qu'il y a sur ce blog. Bon maintenant, on a assez parler de ça, on revient au PADD. Vous avez pris la parole, maintenant c'est au conseil de prendre la parole. 

 

Comment peut elle dire que ce qui est sur ce blog est faux si elle ne la jamais consulté? elle s'en défend  beaucoup trop pour qu'on puisse la croire. 

 

Pour information voici la définition de la diffamationLa diffamation est un concept juridique désignant le fait de tenir des propos portant atteinte à l'honneur d'une personne physique ou morale. La plupart du temps, il ne peut y avoir de diffamation que si l'accusation est appuyée par des contre-vérités. ...

 

Quant à un avocat, il pourrait s'évérer effectivement utile  pour se défendre contre l'autorisation donnée d'un permis de construire un bâtiment agricole sachant pertinemment qu'il s'agissait d'un bâtiment industriel.

 

Mme le maire monte le ton de façon ferme et autoritaire pour reprendre la main sur la discussion.

 

A mon avis, si les membres de l'association avaient été assez gentils pour dire qu'effectivement mon blog n'était pas sérieux et truffé de mensonges, je pense qu'ils auraient pu parler des heures... Pauvre Pauline, tous les administrés ne sont pas des moutons de panurge!

 

 

Jean-Luc Plainfossé dit: "je reviens sur ce paragraphe dont Jacqueline parlait, la façon dont il est libellé, il est ambigu. Ne pas figurer sur le croquis ne veut pas dire retiré du PADD"

 

Mme Noé:  "c'est pareil.... On travaille sur des masses!... on a dit qu'on essaierait d'aîder à développer les entreprises qui sont sur notre commune... c'est le compte-rendu, c'est pas le PADD en lui-même...

 

Jean-Luc: "oui mais pourquoi on dit "d'accompagner cette entreprise, c'est vrai pour toutes les entreprises...pourquoi on parle de celle-là en particulier?

 

D. Andrieux: "parce que celle là était le centre de plusieurs réunions. (donc, on a bien travaillé sur un projet concernant cette entreprise!)

 

Jean-Luc: "oui, mais c'est contradictoire puisque d'un côté on retire la zone où elle devait s'étendre et d'un autre côté on dit qu'on veut soutenir cette entreprise dans son extension"

 

Mme Noé: "cette zone avait été créée spécialement pour P. Andrieux et quand on a su que d'autres entreprises pourraient s'y installer on l'a retirée.  

 

Jean-Luc:  oui, mais en écrivant "il s'agit d'accompagner cette entreprise", c'est comme si ça restait valable.

 

Je dis: Mais ça reste valable! Ah mais non, cest vrai, il n'y avait pas de projet, il n'y a jamais eu de projet...

 

Nathalie Daunas répond : "mais si, il y avait un projet. Il y avait un projet qui ne se fait plus puisqu'il n'y a plus de zone économique.

 

Ah, enfin quelqu'un qui reconnaît  qu'il y avait bien un projet!!!

 

D. Andrieux: "il n'avait pas pris en compte les données financières, il n'aura jamais les données financières" (c'est pas rassurant pour un chef d'entreprise de ancer un projet d'une telle ampleur sans s'assurer du financement)

 

Je dis: "Il faut bien vous mettre en tête le prochain conseil qu'il n'y aura jamais de bâtiment industriel pour extension de cette entreprise."

 

Patrick Lafarge: "bon c'est terminé on n'en parle plus!" 

 

Je dis: "si, si, on en reparlera..."

 

P. Noé: Il y aura donc une délibération pour le débat sur le PADD et Mme Moreau ne peut pas faire autrement que mettre "vote à l'unanimité" sinon ça bloque!

Voilà, on a débattu, le cabinet d'étude va pouvoir présenter à la nouvelle équipe un PADD et ils pourront travailler sur le PLU. Le PADD peut être revu 2 mois avant la validation du PLU.

 

Le problème des bâtiments agricoles transformés en bâtiments industriels est soulevé par François Bourgoin.

 

Je précise: "certes c'est possible, mais c'est soumis à déclaration mais encore faut il qu'il y ait déclaration. On n'est pas dans ce cas figure pour le bâtiment Andrieux puis ça n'a jamais été un bâtiment agricole."

 

Petits échanges courtois de fin de séance,  
GRANDIOSES !  comme le dit si bien Mme le maire

 

Mme Noé: Bon, euh....nous avons débattu, ça y est, ce soir c'était la dernière réunion de conseil municipal, on se retrouve tous au restaurant, sauf une.

 

Moi: C'est étonnant que tu ne m'aies pas invitée, dis-je en riant.

 

P.N.Ah, non, je ne t'ai pas invitée

 

Moi: C'est dommage Pauline, c'est pas cool

 

P.N.: Ah ben, alors là, je suis ravie de ne plus te voir

 

Moi: Et moi donc alors, il y avait un tel amour, mais comme je t'ai déjà dit je n'étais pas là pour t'aimer;

 

P.N.: Ah ça, c'était pas loin de la haine

 

Moi: Non faut pas tout mélanger

 

Et M. Andrieux d'ajouter, on ne sait pour quelle raison: "ah ben à Jarnac il paraît que je divorce"

 

ça vole bien bas tout ça...bon courage pour la suite.

 

 

La séance terminée, je m'adresse alors gentiment à Patrick Lafarge en lui disant que, vu qu'il sera le prochain maire, je voulais lui signaler un problème que j'avais constaté sur le local de la pétanque.

 

Il me répond:"tu veux le faire démolir celui-là aussi? 

 

Il n'aura pas fallu attendre longtemps, chers administrés, pour constater  le niveau intellectuel et la capacité d'écoute de notre nouveau maire!

Vous comprenez pourquoi  près de 60 % des électeurs se sont refusés à voter pour lui. 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0