Commentaire sur la réunion de conseil du 27 février 2014

Fait exceptionnel, le conseil était presque complet, manquait le meilleur: Didier Andrieux qui avait donné délégation à son nouvel ami:  Patrick Lafarge.

 

Il y avait même cette chère Félicia qui me manquait tant depuis presque deux ans d'absence aux réunions. 

 

Il faut dire que Pauline avait oganisé une petite fête ce soir là  "chez Bruno" et, comme j'ai pu le contater depuis ces six années de mandat,  pour les réjouissances, il y a toujours du monde à l'appel. C'est fou ce que les gens peuvent se rendre disponibles lorsqu'il s'agit de boire un coup!

 

Mais, passons aux choses sérieuses.

 

C'est Jean-Luc qui s'est vu confiée la haute mission du "secrétariat de réunion" pour la rédaction du compte-rendu habituel, puisque je n'ai pas réussi à leur faire faire en six ans un seul procès-verbal tel que le prévoit le Code des Collectivités territoriales, si ce n'est les quelques uns que j'ai eu l'occasion de rédiger et que Mme le Maire s'est vite empressée de modifier. Souvenirs, souvenirs,....

 

Je crains hélas, que notre prochain maire fasse de même.

 

 

Je vous passe le détail des comptes de gestion et comptes administratifs votés à l'unanimité sauf une abstention, la mienne et qui figurent dans leurs grandes lignes dans le dernier Echo de Chassors.

 

Quelques détails quand même méritent qu'on s'y arrête.

 

Les dépenses de chauffage du bâtiment de La Pointe ont augmenté de 900 € soit une augmentation de 180 %. Une paille, comme on dit! Personne n'a paru s'en émouvoir et je fus bien la seule à m'étonner et à m'inquiéter du problème.

 

Il serait intéressant de calculer combien a coûté cette salle depuis sa construction et combien elle va encore coûter à la collectivité à cause de l'incapacité de certains élus. Conception, mode de chauffage, ....rien n'a été fait correctement. Ca fait plus de dix ans que ça dure et on dépense de plus en plus sans solutionner les problèmes. Alors, on fait quoi Monsieur Lafarge?

 

Concernant les  impôts locaux, je m'étonne du peu d'augmentation de nos recettes alors que nous avons eu de nombreuses demandes de permis de construire et déclarations de travaux et que par ailleurs, les bases d'imposition sont revalorisées tous les ans.

 

A Pauline Noé qui déclare que celà ne la concerne pas, je lui rappelle quand même qu'il existe une Commission Communale des Impôts Directs et qu'il appartient au maire d'en demander la convocation. 

 

Depuis six ans, elle n'a jamais été réunie alors que des administrés avaient été désignés comme membres. J'avais bien senti à l'époque que ça n'intéressait pas certains élus du conseil restreint et plus particulièrement M. Sausseau. On peut se demander pourquoi??? C'est un peu comme M. Andrieux qui ne souhaitait pas de PLU, maintenant, on en sait un peu plus sur les raisons...

 

Jean-Luc Plainfossé fait observer que sa position par rapport à l'emprunt de 150 000 € relatif aux travaux de la traverse de Luchac-Guîtres, auquel il n'était pas favorable, était sans aucun doute la bonne puisqu'il s'avère que l'argent n'a pas été utilisé en 2013.

Concernant les résultats des comptes assainissement Mme le maire déclare que la prochaine équipe devra emprunter au moins 500 000 € pour faire les travaux nécessaires sur les lagunes. Un beau cadeau laissé en héritage alors que le problème aurait du être réglé depuis plusieurs années.

 

INFORMATIONS DIVERSES

 

  • Les camions semblent poser beaucoup de problèmes depuis que la déviation pour les travaux d'aménagement de bourg a été mise en place. Ils empruntent parfois des routes interdites aux camions, ainsi que les sens interdits. La barrière en bois de la rue des Dodettes a été à nouveau endommagée et le camion n'ayant pas laissé de "carte de visite" la collectivité va encore devoir payer.
  • Les deux pompes des lagunes ont lâché toutes les deux après une douzines d'années de service.  7000 € ont été dépensés pour en acheter deux neuves.
  • Concernant le PADD, Mme le maire nous informe que des habitants de Villeneuve se sont manifestés auprès d'elle car ils s'inquiètent pour le bâtiment industriel que prévoit de construire Patrick Andrieux. Elle tente de rassurer en disant que rien n'est figé mais précise quand même que si une demande de permis de construire était déposée maintenant, le permis serait accordé.

Je lui demande alors pourquoi un sursis à statuer ne serait pas appliqué comme pour les autres demandes portant sur des parcelles visées par le PADD? Je tente également de savoir pourquoi ce terrain ne serait pas remis en zone non constructible, comme le prévoyait le 1er projet de PADD présenté en réunion publique? Sans succès.

 

Affaire à suivre.

 

19h35, j'ai du partir pour raisons personnelles et n'ai donc pas assisté aux dernières minutes de cette ultime réunion. Vous en saurez peut être plus par le compte-rendu, pour ce qu'on voudra bien vous en dire.

 

Tout ce petit monde a terminé la soirée, comme prévu chez Bruno.  

Écrire commentaire

Commentaires : 0